Digital Diplomacy

Digital Diplomacy
*2012 Création du Hub, from Paris, France. By Morgane BRAVO, President & Founder. *Avocat de formation, études & expérience Diplomatique...* Passionnée du Web depuis 1998. *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

mardi 31 juillet 2012

*« Cyprus Presidency meets the bloggers »...#cy2012eublogs*


From Paris, Morgane BRAVO a participé :

On 26 July the Cyprus Presidency of the Council of the European Union organises an event in Brussels bringing together European bloggers. The discussion was structured around the four thematic priorities of the Presidency and also served the purposes of for example identifying best practices to generate interest and participation in the EU political debate as well as how to enhance citizen journalism and social media in less favourable contexts...

Compte rendu :

#cy2012eublogs - Cyprus Presidency meets the bloggers Audience and reach report

27 July 2012

http://www.consilium.europa.eu/media/1721414/20120726_cy2012eublogs-stats.pdf


http://unioneuropeenne.blogspot.com/2012/07/bref-apercu-bloggers-across-europe_30.html?spref=tw 



 Site de la Présidence chypriote de l’Union européenne :

http://www.cy2012.eu

A SUIVRE...!

Bien à vous,
@Morgane BRAVO

lundi 30 juillet 2012

*Présidence française du Conseil de sécurité - Août 2012...*


French Presidency of the UN Security Council - August 2012

Au mois d'août 2012, la France préside le Conseil de sécurité des Nations unies. Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations unies détaille les grands enjeux de cette présidence.

In August 2012, France is presiding the United Nations Security Council. Gérard Araud, Permanent Representative of France to the United Nations, details the key issues of the Presidency.

Bien à vous,
@Morgane BRAVO

samedi 28 juillet 2012

*Des géants du Web officialisent un groupe de pression à Washington...*

Ce sera, affirme le communiqué de presse (PDF), "la voix de l'économie numérique". Un consortium regroupant certaines des plus grandes entreprises de la Net-économie, dont FacebookGoogleeBay ou Amazon, va lancer en septembre un groupe de pression baptisé "The Internet Assocation", qui siègera à Washington.


"Internet doit avoir son mot à dire à Washington", affirme dans ce communiqué Michael Beckerman, qui dirigera l'Internet Association après son lancement en septembre. Ancien conseiller du député républicain Fred Upton, M. Beckerman a notamment travaillé au sein du comité de la Chambre des représentants couvrant les questions de commerce et d'énergie. 

 DÉPENSES EN FORTE HAUSSE
Les grandes entreprises du secteur ont pourtant déjà leur mot à dire à Washington. Les dépenses de lobbying des groupes du numérique explosent : Facebook a triplé le montant dépensé pour des actions de lobbying au dernier trimestre, dépensant près d'un million de dollars entre avril et juin. Et en 2011, Google frôlait les dix millions de dollars sur l'ensemble de l'année, une somme comparable à celle que dépensent des entreprises comme General Motors ouPhilip Morris.
Surtout, dans un contexte de crise économique qui a poussé beaucoup de grandes entreprises à réduire leurs dépenses de lobbying, celles du secteur des nouvelles technologies restent stables ou augmentent. Google a dépensé légèrement moins d'argent en lobbying au premier semestre, mais cela n'a pas empêché l'entreprise d'entrer cette année dans le top 10 des plus importants contributeurs.
ENJEUX LÉGISLATIFS
Si les entreprises du secteur des nouvelles technologies ont massivement investi dans leur communication à Washington, c'est notamment parce que le législateur américain s'intéresse de plus en plus aux domaines du numérique – vie privée, fiscalité... Plusieurs enquêtes parlementaires et judiciaires ont visé ces derniers mois Apple ou Google, et Amazon a multiplié les efforts de lobbying pour tenterd'obtenir des avantages fiscaux variés.
Ce n'est pas la première fois que les grandes entreprises du secteur s'allient pourfinancer une opération politique. En janvier, eBay, Facebook, Google ou encore LinkedIn avaient acheté une pleine page de publicité dans le New York Times, pour protester contre le projet de loi SOPA (Stop Online Piracy Act), qui visait notamment à augmenter la responsabilité légale des services en ligne. Le texte a finalement été repoussé à une date indéterminée après une mobilisation massive du grand public et d'organisation de défense des libertés individuelles.
En Europe, les géants du Web développent également leurs capacités de lobbying, dans un contexte où la France, notamment, souhaite obtenir une évolution des règles fiscales européennes pour imposer davantage les géants du numérique. En mai, Google a par exemple embauché Benoît Tabaka, l'ancien secrétaire général du Conseil national du numérique, tandis que Facebookcherche actuellement à recruter un "responsable des affaires publiques ".

Bien à vous,
@Morgane BRAVO

*The power of digitaldiplomacy 264 world leaders are using Twitter New study...*


About this Study

Twitter has become a new way to communicate with world leaders and a way for these leaders to communicate with each other. On the one hand it allows heads of state and government to broadcast their daily activities and government news to an ever-growing audience, on the other, it allows citizens direct access to their leaders. Anyone can @mention a world leader on Twitter. Whether the world leader answers is another question, although a select few do actually reply to their followers’ @mentions.
“Life is tweet”, former UK Deputy Prime Minister John Prescott recently wrote in the Guardian: “Twitter has given me a voice and a connection to millions of people that the distorted prism of the mainstream media denied.” Indeed, a few world leaders use Twitter precisely to debunk false information and correct media reports.

Two thirds of all world leaders on Twitter

Presidents, prime ministers or their institutions in 125 countries have a presence on Twitter. Twitter is especially popular in North and South America where 83% and 75% of the heads of state and government, respectively, have a Twitter account. Three-quarters of European governments are active on Twitter, while in Africa and Asia the number drops to 60% and 56% respectively. In Oceania governments in only 4 out of the 14 countries (i.e. 29% of leaders) have a Twitter presence.
Barack Obama is the most followed world leader with 17,115,077 followers, and the 5th most popular account in the Twitterverse just behind Britney Spears. Venezuelan President Hugo Chávez is the second most followed leader with 3,152,608 followers, followed by the White House (2,951,928), Queen Rania of Jordan (2,174,187) and the UK prime minister (2,022,685). Presidents Abdullah Gül of Turkey, Felipe Calderón of Mexico, Dilma Rousseff of Brazil, Cristina Fernandez of Argentina, Juan Manuel Santos of Colombia and prime ministers Dmitry Medvedev of Russia and Recep Tayyip Erdoğan of Turkey all have more than one million followers.

Barack Obama Superstar

More important than the number of followers are the connections between these world leaders. More than a quarter of all world leaders and governments (76) are following Barack Obama. However @BarackObama only mutually follows Norway’s Jens Stoltenberg and Russia’s Dmitry Medvedev, and hasn’t established mutual Twitter relations with other world leaders yet. Interestingly the White House doesn’t follow @BarackObama, which is a campaign account.
EU President Herman van Rompuy (@euHvR) is the best connected world leader, mutually following 11 other peers. Australia’s Prime Minister @JuliaGillard is the second best connected leader with 10 mutual connections, followed by the Korean presidency (@BlueHouseKorea), the UK government (@Number10gov) and the Russian prime minister (@MedvedevRussia), all of whom follow 9 other world leaders. Almost half of world leader accounts (120 of the 264) don’t follow any of their peers.


Twitter is sometimes used by small nations to put them on the world map and tweet eye-to-eye with their peers. The president of the Dominican Republic unilaterally follows 71 other world leaders. The president of Portugal and the prime minister of Trinidad and Tobago both unilaterally follow more than 50 peers, perhaps in the hope that they will return the favour; so far they haven’t.
Barack Obama follows a record 676,247 tweeps. Like the UK prime minister, initially he automatically followed anyone who followed him. Today only Australian Prime Minister Julia Gillard and the Korean presidency continue to automatically follow all their followers.

Russian President Putin, Rwandan President Paul Kagame, Singapore Prime Minister Lee Hsien Loong, Dutch Prime Minister Rutte and the Dutch Royal Household don’t follow any other Twitter user. In total 42 accounts do not follow any other Twitter user; effectively cutting themselves out of the conversation.



Are they tweeting themselves?

More :




jeudi 26 juillet 2012

*Study on international public digital diplomacy on Twitter...*

Peer connections (as of 1 July 2012)

  • follows unilaterally (7)
  • followed unilaterally by (13)
  • follows mutually (11)















"The President of the European Council Herman Van Rompuy is the most connected world leader, mutually following eleven other world leaders including many European heads of state and government. He started his Twitter activity at the end of October 

2010, nearly a year after his ascension to the top EU post. Most of his tweets cover speeches he makes or events he takes part in. Although most of his tweets are in English, he often tweets in other European languages to connect with European leaders. The tweets mostly regard general statements on current affairs, but there are also more personal messages to commemorate particular events or congratulatory messages to other foreign leaders. The tweets are generally written by his media team, but every now and then he tweets personally namely his passion haikus in Dutch."




Peer connections (as of 1 July 2012)

  • follows unilaterally (1)
  • followed unilaterally by (2)
  • follows mutually (1)




The President of the European Commission, José Manuel Durão Barroso is not personally on Twitter, however the @EC_live account has tweeted his news, speeches and statements since September 2009. Most of the tweets are live tweets of statements or speeches made by Barroso on a vast array of topics such as the European economy and thus aim to provide a detailed overview of the President’s priorities, actions and whereabouts. Although most of the tweets are in English, a few of them are in French and one In German, when for instance the original comment was made in that language.






                                    More :                         
http://twiplomacy.com/info/europe/eu/



Best regards,
Morgane BRAVO







mardi 24 juillet 2012

*UErêka : L'Union européenne en quelques chiffres...UE*


L'Union européenne en quelques chiffres, le triangle institutionnel et la Représentation de la Commission européenne en France sont au programme de cette courte vidéo...

http://ec.europa.eu/france

*Martin Schulz : “Les dirigeants européens ont deux ans de retard”*

"L'euro peut encore être sauvé, estime Martin Schulz. Mais il faudrait pour cela que les chefs d'Etats et de gouvernements européens s'efforcent de dépasser les jeux politiques inhérents à leur fonction et laissent une chance au Parlement. Dans l'entretien qu'il a accordé à Presseurop (lire la première partie ici), le président du Parlement européen entretient l’image le chef du Parlement qu'il veut bâtir : un contre-pouvoir représentant le peuple face au Conseil européen et à la Commission."



http://www.presseurop.eu/fr/content/blog/2368191-martin-schulz-le-parlement-europeen-est-le-lieu-de-la-democratie-en-europe

*Martin Schulz : “Les dirigeants européens ont deux ans de retard”...*


*Martin Schulz, le Parlement européen, la démocratie et les marchés...*


"Martin Schulz n'a pas sa langue dans sa poche. Dans l'entretien qu'il a accordé à Presseurop à l'occasion d'un séjour officiel à Paris, le président du Parlement européen a rappelé que son institution doit encore se battre pour exister dans le paysage communautaire : contre les marchés qui veulent imposer leur rythme à la démocratie; contre le manque de visiblité du travail des députés européens; mais aussi contre les dirigeants européens qui ont encore une bien piètre idée du fonctionnement démocratique de l'UE.
Vous présidez le Parlement européen depuis 6 mois et jusqu’en 2014. Quelle est la ligne directrice de votre mandat ?
Le Parlement européen est le lieu de la démocratie en Europe. La démocratie en Europe a besoin d’être défendue, pas de permettre que nous nous soumettions au principe selon lequel les besoins des marchés règlent la démocratie. Nous avons besoin que les marchés soient contrôlés par la démocratie.
Cela ne passe plus seulement par le cadre national. Nous avons besoin d’un parlementarisme transnational qui donne une légitimité aux institutions exécutives transnationales. Tel est le devoir du Parlement européen. Cela n’est jamais bien accueilli par les exécutifs. Mais jamais, dans l’histoire, un parlement n’a reçu ses droits comme un cadeau des puissants. On a toujours lutté pour les droits parlementaires. C’est mon devoir primordial.

Le Parlement dispose-t-il de tous les moyens pour accomplir cette mission ?
Le Parlement a tous les moyens. Il est suffisamment fort pour utiliser ses dispositifs législatifs. Un exemple : le Conseil de ministres de l’Intérieur décide unilatéralement d’exclure le Parlement d’une partie de la gestion de l’espace Schengen. Le Parlement a suspendu 5 dossiers majeurs, et ne négocie plus tant que le Conseil n’aura pas abandonné cette idée erronée. J’ai déjà reçu des signaux qu’il y aura un retour du Conseil à la table des négociations.
Les présidents du Conseil européen, de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne ont récemment travaillé ensemble pour présenter le rapport “Vers une véritable union monétaire”. Le président du Parlement européen n’y a pas participé. Auriez-vous souhaité qu’on vous le propose ou cela fait-il partie de l’ordre des choses ?
Cela montre la pensée de quelques représentants de l’Union européenne. Nous ne vivons pas à l’époque du Congrès de Vienne, où les puissances européennes se réunissent à huis-clos pour communiquer ensuite aux sujets surpris quelles sont les choses sur lesquelles on a décidé d’agir. Nous sommes une démocratie multinationale. Que le Parlement européen, et dans ce cas-là le président du Parlement européen, soit exclu montre le degré de pensée démocratique de ces gens-là.
J’ai été étonné que seul José Manuel Barroso [le président de la Commission européenne] présente ses objections. Je n’attends pas que Herman Van Rompuy [le président du Conseil européen] le fasse, parce qu’il est le représentant de ces gens qui ne veulent pas voir le Parlement. Pas tout le monde, mais la majorité. De M. Draghi [le président de la BCE], je n’attends rien, et jusqu’à aujourd’hui, Jean-Claude Juncker [le président de l'Eurogroupe] ne s’est pas exprimé sur ce sujet. 
Mais nous avons eu un succès, le Parlement est maintenant intégré dans le processus et sera consulté comme les gouvernements nationaux sur le projet présenté par Van Rompuy, et ensuite on verra.

Une Europe fédérale suppose un Parlement plus puissant. Cela ne semble pas être la vision actuelle.

Le Parlement européen est très puissant. Je crois que nous sommes l’un des législateurs les plus puissants en Europe. Acta, par exemple, a été refusé par le Parlement européen. Swift, ce transfert des données bancaires vers les Etats-Unis, a été refusé par le Parlement européen [puis approuvé après renégociations]. Rappelez-vous la directive sur les services, la directive dite Bolkenstein : refusée par le Parlement européen. Même la baisse des frais de communication sur les téléphones portables, le roaming, est une décision du Parlement européen.

Nous avons un problème. Nous sommes un législateur puissant avec une perception faible. C’est le rôle du président du Parlement européen de lutter contre cela.
Comment l’expliquez-vous ?
Les gouvernements nationaux, qui sont un autre bras du système législatif en Europe, ont l’avantage de disposer d’un public national. Cela leur permet de transformer chacun de nos succès comme un succès national. Et le Parlement disparait souvent derrière cela. D’autre part, nous n’avons pas de gouvernement en Europe.
En ce moment, la Commission est le gouvernement européen, avec une majorité gouvernementale derrière le président de Commission, avec une opposition qui lutte contre ça. Nous avons le système que les électeurs connaissent, dans le cadre communal, régional et national, mais pas au niveau européen. Les gouvernements nationaux, qui sont un autre bras du système législatif en Europe, ont l’avantage de disposer d’un public national. Cela leur permet de transformer chacun de nos succès comme un succès national. Et le Parlement disparait souvent derrière cela. D’autre part, nous n’avons pas de gouvernement en Europe.
J’espère qu’avec les prochaines élections européennes, après lesquelles le président de la Commission sera élu par le Parlement européen, on crééra une telle stucture : une majorité du président de la Commission qui l’a élu, qui l’approuve et le soutient contre une minoriré qui s’oppose. J’ai l’espoir que cela facilitera la visibiité du Parlement auprès du public. 
Un Parlement tire sa légitimité du vote. Le Parlement européen pourrait accroître la sienne par une élection vraiment européenne. En tant que président du Parlement, êtes-vous en mesure d’agir pour que les élections européenne
s se déroulent avec des listes transnationales ?
Je crois que l’on va dans cette direction. C’est le traité de Lisbonne qui s’applique, et il prévoit que le Conseil européen propose un candidat ou une candidate au Parlement pour la présidence de la Commission en respectant le résultat des élections européennes.
Les grandes familles politiques en Europe sont en train de développer une procédure pour nommer un candidat à l’échelle européenne pour ce poste de président. Cela va créer une campagne électorale qui, pour la première fois n’est pas un appel à élire le Parlement européen. Car c’est étrange. L’identification de l’électeur avec sa tendance politique se reproduit par le combat des candidats, pas par un appel à élire une institution. 
Les électeurs ont eu de mal à savoir ce que devenait leur vote : Que font les députés que j’ai élu ? Que font-il avec mon vote ? Cela a réduit les élections européennes à une sorte de test national. Je crois que la prochaine fois, nous aura déjà une autre situation. Cela va augmenter la participation. Et cela accroit la légitimité du Parlement."
http://www.presseurop.eu/fr/content/blog/2368191-martin-schulz-le-parlement-europeen-est-le-lieu-de-la-democratie-en-europe

samedi 21 juillet 2012

*La cyberdéfense reste un talon d’Achille pour la France...*

Le sénateur Jean-Marie Bockel rendait son rapport sur la cyberdéfense. Après les inquiétantes attaques des systèmes informatiques de l’État, le rapport pointe un manque d’implication de l’exécutif. « Une impulsion doit être donnée, » insiste le rapporteur.

Pour protéger ses locaux, l’Elysée dispose d’un contingent de 250 gendarmes, d’équipes de sécurité rapprochées et d’un bunker  situé au sous- sol. Pourtant, deux attaques successives ont eu lieu ces derniers mois. Deux agressions discrètes, presque invisibles, révélées par  Le Télégramme et confirmées cette semaine par la présidence. La cible était en fait le site internet de l’Elysée et peut-être plus largement le système informatique. Ce n’est pas la première fois qu’un établissement étatique est visé par une cyberattaque. Le ministère de l’Economie en a subi une d’envergure, probablement d’origine chinoise, en décembre  2010. L’intrusion était due à un logiciel malveillant, type « cheval de Troie » qui permet à une personne extérieure de prendre le contrôle  d’un ordinateur à distance. Le site du Sénat a lui aussi été visé. Le 25 décembre dernier, lors du débat sur la reconnaissance du génocide arménien, il a été rendu inaccessible pendant une journée.
Si cette dernière attaque, presque symbolique, n’a pas les mêmes effets que celles concernant Bercy et l’Elysée (dont presque aucune information n’a fuité), elle est symptomatique de la faiblesse de la France en matière de cyber-agression. Cela aurait pu être évité « si les dispositifs de surveillance spécifiques avaient été déployés » affirme le rapport d’information sur la cyberdéfense, présenté ce matin par le sénateur du Haut-Rhin Jean-Marie Bockel, membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées.

La France, capable d’attaquer

La cyberdéfense recouvre « la politique mise en place par l’Etat pour protéger activement des réseaux et des systèmes d’information essentiels à la vie et à la souveraineté d’un pays », explique le rapport. Ainsi, on peut d’ores et déjà distinguer deux champs d’application de la cyberdéfense. La première concerne la sécurité nationale et la seconde, la sécurité industrielle. Avec un constat, la France est à la traîne, comparé aux puissances voisines ou aux États-Unis. « Le président Obama a débloqué 50 milliards de dollars pour la période 2010/2015 », insiste Jean-Marie Bockel. Une somme sans commune mesure. Les USA sont d’ailleurs accusés d’avoir créé le virus Stuxnet, avec l’aide d’Israël, pour endommager les centrifugeuses des centrales nucléaires iraniennes. Dès lors, la cyberdéfense se transforme en attaque. « Dans ce domaine, on n’est pas des manchots, » souligne  le rapporteur. « Mais dans ce domaine, moins on dit, mieux on se porte ». Impossible de savoir si la France a déjà procédé à des cyberattaques. « Nous en avons la capacité », lâche Jean-Marie Bockel. Prétendre savoir faire n’est pas gage de réalisation et les moyens sont limités. Créée en 2009, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) dispose d’un budget de 75 millions d’euros et d’un effectif de 250 personnes. Soit moitié moins d’agents qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni.

« Faire de la cyberdéfense une priorité nationale »

Selon le rapport, ce retard est un véritable risque pour le pays. « La France ne dispose pas de capacités de protection et de systèmes permanents de détection des attaques informatiques à l’entrée des réseaux des opérateurs d’importance vitale ». Les priorités sont donc simples : « faire de la cyberdéfense une priorité nationale » avec une plus grande implication de l’exécutif et « renforcer les effectifs, les moyens et les prérogatives de l’ANSSI. » Autre mesure indispensable, selon le rapport, « rendre obligatoire pour les entreprises une déclaration d’accident ». Car derrière la cause nationale, ce sont les entreprises qui sont souvent visées par les attaques informatiques. Les récents vols de données et de mots de passe des entreprises Sony ou Yahoo et l’attaque subie par Areva en sont la preuve. « Il faut changer d’état d’esprit et banaliser l’attaque » pour mieux y répondre, insiste Jean-Marie Bockel. Aujourd’hui, les entreprises rechignent à reconnaitre ces défaillances et la protection informatique n’est pas encore une priorité. « Mais tout n’est pas négatif, affirme le sénateur, nous sommes même considérés comme bons. » Mais pour une meilleure protection, le rapport insiste sur une politique commune européenne en matière de cyberdéfense et sur un début de « dialogue » avec la Chine, régulièrement pointée du doigt en matière d’attaques informatiques. «Beaucoup reste encore à faire » prévient le rapporteur.